ACTUALITÉS

20.12.2018

Article Editions EPAS : Conférence Gestion des risques et technologie

 

Actualités

Le service d'information hebdomadaire de la «Prévoyance Professionnelle Suisse»
51/18 Page 05

Anne Yammine, rédactrice de «Prévoyance Professionnelle Suisse»

Des défis nombreux

Le monde change à toute allure. Les conséquences de cette évolution rapide, en particulier dans le domaine technologique, sont imprévisibles et source de craintes. Les risques qui en découlent ont été analysés lors d’une soirée-conférence de la Banque Profil de Gestion à Lugano.

 

L’année 2018 était considérée comme prometteuse par les institutions bancaires. Avec le recul, elle est aujourd’hui qualifiée de «challenging», selon l’expression de François Christen, Senior Economist à la Banque Profil de Gestion. Par ce terme à la mode, les analystes s’excusent pour leurs pronostics très négatifs. Le croissance économique mondiale s’est poursuivie tambour battant en 2018 mais devrait fléchir en 2019. Le taux de croissance des Etats-Unis, qui dominent les marchés financiers, s’est élevé à 2.8% en 2018. D’après les prévisions, il devrait reculer à 2.5% en 2019 et 1.8% en 2020.

Cette année, une certaine nervosité s’est également fait sentir sur les marchés européens: le ralentissement de la conjoncture américaine, la guerre commerciale provoquée par Trump, la méfiance à l’égard des valeurs high-tech et l’instabilité des marchés émergents sont autant de facteurs qui étendent le sentiment d’incertitude à l’Europe. Si l’on considère le tout dans le cadre des cycles économiques habituels, nous nous trouvons aujourd’hui dans un climat de surchauffe monétaire après les phases de récession, de reprise et d’expansion équilibrée. Selon M. Christen, on voit se dessiner un «retour à la réalité» où il s’agit de surveiller l’inflation, l’évolution des salaires, les rendements et les primes de risques.


Effets positifs sur le marché du travail
Marco Salvi d’Avenir Suisse analyse l’avenir du travail à l’aune du changement technologique et en profite pour démystifier l’idée d’un chômage engendré par le progrès technologique. Il n’y a pas de lien entre chômage et innovation, selon lui. Au contraire, l’innovation crée des emplois. Le monde du travail est marqué par un basculement de la société vers davantage de travail partiel et d’emplois cumulés, notamment chez les femmes. Les profils professionnels classiques ne perdront pas nécessairement de leur attrait, mais resteront très demandés comme profils de formation. La technologie semble avoir un impact positif sur le marché du travail dans son ensemble. A entendre Marco Salvi, les risques peuvent être absorbés par des mesures radicales: la prévoyance doit être liée aux salariés et non plus aux entreprises. L’âge de la retraite doit être automatiquement adapté: la Suisse a la deuxième espérance de vie la plus longue après l’Espagne mais l’âge de la retraite y est bas. Enfin, les paramètres techniques du 2e pilier doivent être dissociés de la politique et flexibilisés.

Fiorenzo Manganiello, professeur à la Geneva Business School, s’intéresse au phénomène de la «blockchain» (chaîne de blocs en français), une sorte de base de données mondiale qui fait beaucoup parler d’elle actuellement. Les services financiers sont de plus en plus automatisés. Grâce à l’onboarding, les frais des virements effectués vers différentes banques peuvent être réduits en regroupant plusieurs étapes de travail en une seule. L’obstacle reste encore le manque de confiance des banques entre elles. Dans le cadre des virements par Internet, la chaîne de blocs peut permettre une efficacité et une vitesse accrues. Mais nous sommes encore loin d’une utilisation généralisée et sûre des chaînes de blocs. La création d’un réseau commun exige davantage de coopération entre les acteurs concernés.

 

Contact :
Marco Lanci
Asset Management - Division Dynagest
T +41 22 818 32 16 / mlanci@bpdg.ch

 

Banque Profil de Gestion SA
Cours de Rive 11
Case postale 3668
1211 Genève 3
T +41 22 818 31 31 / F +41 22 818 31 00